Des militaires du 1er Bataillon quittent Valcartier pour la Pologne

Agrandir l'image Tout juste avant le départ, plusieurs intervenants ont pris la parole devant les militaires et leurs familles. Photo - Cpl Nicolas Tremblay, Imagerie Valcartier

C’était un mélange d’émotions qui s’affichait les 11 et 22 février au bâtiment du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment (1 R22eR). Parmi ces émotions, l’excitation, l’enthousiasme et bien sûr, la tristesse… Deux rassemblements totalisant 220 militaires accompagnés de leurs proches marquaient le départ de la cinquième rotation de la Force opérationnelle terrestre (FO-T) de l’opération REASSURANCE.

Cette mission, d’une durée d’environ six mois, se déroule principalement en Pologne. Bien que la plupart des soldats déployés proviennent de la compagnie C du 1 R22eR, certains sont issus des autres unités du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC), ainsi que d’unités de la Force de réserve.

«Nous avons été bien entraînés pour cette mission. Il s’agira d’une occasion de se pratiquer et de partager nos connaissances avec nos collègues militaires de différents pays», a affirmé le caporal Eric Turcotte, du 1 R22eR, avant son départ.

L’op REASSURANCE fait référence aux activités militaires entreprises par les Forces armées canadiennes (FAC) à l’appui des mesures d’apaisement de l’OTAN en Europe centrale et en Europe de l’Est depuis avril 2014. Ainsi, les membres de la FOT participeront à des exercices bilatéraux et multinationaux, afin de renforcir des liens militaires et diplomatiques, et de démontrer la capacité du Canada à réagir rapidement aux crises internationales en collaboration avec ses alliés de l’OTAN.

«Ça va être une bonne expérience militaire. J’ai l’intention de profiter de mon temps là-bas et d’apprendre le maximum des entraînements auxquels on participera», a indiqué le caporal-chef Michael Beaulieu.  

Le lieutenant-colonel Christian Marquis, commandant du 1 R22eR, et son sergent-major régimentaire, adjudant-chef Luc Lacombe, étaient présents pour appuyer leurs soldats, qui se déploient sous la direction du major Eric Beauchamp, commandant de la compagnie C.

«Je suis très fier des hommes et des femmes qui partent aujourd’hui pour l’Europe», a déclaré le Lcol Marquis. «Cela fait longtemps qu’ils s’entraînent pour cette tâche, et je n’ai aucun doute qu’ils seront d’excellents ambassadeurs pour le Canada et pour les FAC.»

Si les soldats sont excités de partir, ils ressentent aussi du chagrin en quittant leurs proches pour une si longue durée. Que ce soit un premier déploiement ou non, le départ demeure toujours un moment empreint d’émotions. «Je suis moi-même militaire au 5e Bataillon des services, alors je comprends bien la situation. Je crois toutefois qu’il est plus difficile de rester à la maison que de quitter en mission», a constaté le caporal Alexandra Lequin, conjointe d’un militaire sur le départ.

«C’est difficile de le voir partir, mais on va se tenir occuper du mieux qu’on peut et tenter de se contacter le plus souvent possible», a fait savoir Caroline Leclerc, conjointe du Cplc Beaulieu.  

Le Lcol Marquis comprend l’impact du déploiement sur les familles : «Je tiens à remercier les familles de nos militaires qui font de grands sacrificesafin de soutenir les leurs», a-t-il souligné. «Cet énorme appui est essentiel pour nos soldats déployés et nous apprécions grandement leur soutien.»

Au total, la FO-T comprendra environ 220 militaires. Les troupes du 1 R22eR remplacent leurs homologues du 3e Bataillon, Royal 22e Régiment, déployés en Europe depuis juillet 2015.

Comme l’a rappelé le commandant du 5 GBMC, colonel Michel-Henri St-Louis, plus de 600 militaires de la brigade sont actuellement déployés dans différentes missions à travers le monde. En plus de l’op REASSURANCE, mentionnons l’op UNIFIER, l’effort du Canada visant à entraîner les troupes ukrainiennes, et l’op IMPACT, où des officiers de Valcartier travaillent d’un quartier général. «C’est le plus haut taux de déploiements militaires canadiens depuis que j’ai commandé, en 2011, la dernière opération de combat en Afghanistan», a noté le Col St-Louis.   

<< Retour à la page d'accueil