Le Centre de la famille Valcartier aidera les vétérans et leur famille à intégrer la vie civile

Agrandir l'image Marie-Eve Genest, intervenante pour les familles de vétérans, Marie-Claude Michaud, directrice générale du CFV, Lgén (ret.) Roméo Dallaire et Claude Racine, président du bureau 265 de la Légion royale canadienne. Photo - Simon Leblanc, Adsum

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Des études des Services aux familles des militaires (SFM) ont fait valoir que le premier facteur de succès d’une transition vers la vie civile pour un militaire est l’accès à un emploi gratifiant. C’est une des raisons qui a mené à l’inauguration, le 11 mars, du Programme d’appui pour les vétérans libérés pour des raisons médicales et leur famille.

C’est la directrice générale du Centre de la famille Valcartier (CFV), Marie-Claude Michaud, qui en a fait l’annonce à la Légion royale canadienne de Québec en compagnie, notamment, du lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire.

Ce nouveau programme, en lien avec le Programme des services aux familles des militaires (PSFM), vise à faciliter la transition vers la vie civile des militaires libérés pour des raisons médicales.

Ainsi, les vétérans du Canada, plus précisément de l’est du Québec, bénéficieront désormais de nouveaux services aidant à la transition vers la vie civile grâce à ce projet pilote d’une durée de quatre ans.

Deux outils importants ont déjà été annoncés. Le premier est une liste d’aide à l’emploi sous forme d’aide-mémoire, produite en partenariat avec le Centre de ressources pour les familles militaires (CRFM) de Petawawa. En plusieurs points, cette liste rappelle les différentes étapes importantes vers une sortie des Forces armées canadiennes (FAC) réussie. Par exemple, l’un des points précise qu’en tant que militaire libéré pour des raisons médicales, il est possible de bénéficier d’un droit de priorité d’embauche au sein de la Fonction publique du Canada et que des renseignements sont disponibles auprès d’Anciens Combattants Canada.

Le second outil élaboré est un guide sur les transitions qui présente aux vétérans et à leur famille les différents services qui leur sont offerts. «On veut que ce soit facile et accessible. J’espère qu’on va être en mesure de diminuer le stress des vétérans et de leur famille dans cette étape de vie. Les mesures mises en place vont les appuyer en vue d’une bonne intégration dans la communauté civile», commente Mme Michaud.  

Cette dernière confirme que d’autres outils s’ajouteront au programme, tels des ateliers et des webinaires portant sur la transition, les étapes du deuil et différents autres thèmes.

De plus, le PSFM fournit aux vétérans un Journal des familles de vétérans. Cet outil leur permet de tenir à jour les coordonnées des personnes à contacter en cas de besoin, leurs renseignements personnels, etc.

À cette expansion s’ajoutent les services déjà offerts, une ligne téléphonique pour information aux familles (LIF) et le site Internet forcedelafamille.ca.

«Quand ils enlèvent leur uniforme, les vétérans devraient sentir qu’on ne les a pas abandonnés. Il n’y a rien qui crée un deuil plus profond que le jour où nous devons remettre notre carte d’identité et notre uniforme, car dès ce moment, nous sommes lancés dans un monde différent. C’est important d’avoir le sentiment et la capacité d’être soutenu dans ce processus parfois difficile», témoigne le Lgén (ret.) Dallaire.  

Ces services, qui sont étendus dans sept CRFM participant au projet pilote (Esquimalt, Edmonton, Shilo, Trenton, North Bay, Halifax et Valcartier), seront accessibles pour une période de deux ans suivant la libération.

En ce qui concerne le CFV, la directrice générale précise qu’un partenariat a été créé avec la Légion afin de pouvoir utiliser ses locaux. Quant à la Légion, qui est débordée de demandes d’aide de la part de la nouvelle génération de vétérans, elle s’occupera de diriger ces derniers vers l’aide nécessaire.

Le CFV accompagne plus de 4000 familles chaque année.

<< Retour à la page d'accueil