Nouvel outil d’aide à l’emploi pour les conjoints et conjointes

Agrandir l'image Le lancement du programme a eu lieu le 1er avril à Ottawa. Le chef d’état-major de la Défense, général Jonathan Vance (à gauche) était sur place. Photo - Cpl Pierre Habib, Imagerie USFC Ottawa

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Le Centre de la famille Valcartier (CFV) est devenu l’un des sept Centres de ressources pour les familles des militaires (CRFM) à intégrer le nouveau Programme d’aide à la transition de carrière pour les conjoints(es) de militaires (PATConjoint[e]).

«C’est un outil intéressant et un bon complément à ce que nous offrons déjà à notre clientèle», affirme la coordonnatrice du soutien d’aide à l’emploi et formation au CFV, Geneviève Godin.    

Ce sont les Services aux familles des militaires et Compagnie Canada qui ont lancé le PATConjoint(e). Il s’agit d’un projet pilote de 12 mois qui a pour objectif d’aider les conjoints(es) des militaires à se trouver un emploi.

Malgré une scolarité élevée, un CV diversifié et une grande capacité d’adaptation, les conjoints(es) de militaires se trouvent souvent aux prises avec le chômage et le sous-emploi.

Désormais, ces personnes pourront se tourner vers les conseillers d’orientation, au CFV notamment, qui les aiguilleront vers le programme.  

Le PATConjoint(e) donne accès entre autres à des employeurs, au nombre de 28 actuellement, qui sont sensibilisés à la réalité que vivent les conjoints(es). Ils sont reconnus pour ne pas discriminer ces personnes du fait qu’elles sont appelées à changer de ville fréquemment. «Auparavant, les conjoints(es) exprimaient qu’à compétences égales, il leur était difficile d’obtenir un emploi, car les compagnies craignaient de les voir partir après quelques années seulement», témoigne une conseillère en orientation au CFV, Danielle Lemelin.

Par contre, avant de pouvoir bénéficier d’aide du nouveau programme les clients doivent démontrer qu’ils sont prêts à l’emploi. Il faut avoir un curriculum vitae, une lettre de présentation et un objectif de carrière. Le conseiller d’orientation répondra ensuite aux besoins de façon individuelle. «C’est un service personnalisé. Ce n’est pas tout le monde qui a les mêmes besoins et le même parcours. Nous référons toujours les clients aux bons services selon leur situation. Nous sommes en constante adaptation», souligne Mme Lemelin.

De plus, PATConjoint(e) offre sur son site Internet de petites capsules conseils et une inscription au réseau social professionnel LinkedIn. Ces avantages sont réservés exclusivement aux personnes inscrites.

Le programme développe également un partenariat avec des écoles dans le but d’offrir des formations sur différents métiers.

Alors que la période de mutation arrive à grands pas, Geneviève Godin conseille aux personnes qui désirent s’inscrire de le faire rapidement : «Plus il y a de conjoints(es) qui s’inscrivent, plus on va connaître leurs besoins en terme d’emploi et plus on va être capable de cibler des employeurs en fonction de leurs compétences». 

À noter que ce programme est une réponse directe au rapport de l’Ombudsman des Forces armées canadiennes. En 2013, celui-ci recommandait la création d’un réseau national d’employeurs par les Services aux familles des militaires afin de compléter les services d’aide à l’emploi locaux et régionaux déjà offerts par l’intermédiaire des CRFM.

<< Retour à la page d'accueil