De militaire à maire de Donnacona

Agrandir l'image Ancien «vingt-deux», Jean-Claude Léveillée a réalisé à l’été 2016 son rêve de devenir maire de Donnacona. Photo - Simon Leblanc, Adsum

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Vous ne savez pas quoi faire de votre après-carrière militaire? Pourquoi ne pas prendre exemple sur l’adjudant à la retraite Jean-Claude Léveillée et faire le saut en politique? Depuis l’été 2016, l’ancien membre du Royal 22e Régiment est maire de la ville de Donnacona.

«Lorsque j’étais en service, j’ai toujours pensé et toujours dit que j’allais devenir maire de Donnacona», affirme celui qui nourrissait un intérêt marqué pour la politique depuis plusieurs années.  

Juin 2016, le maire Sylvain Germain démissionne de son poste pour devenir directeur général de la ville. La porte est maintenant grande ouverte pour Jean-Claude Léveillée. Sans broncher, il quitte son emploi de rembourreur, métier pour lequel il avait étudié en sortant des Forces armées canadiennes (FAC), et pose sa candidature.

«À chaque élection, je pensais à me présenter. Au départ, je voulais le faire comme conseiller pour mettre le pied dans la porte, mais là l’opportunité s’offrait et j’ai décidé de me lancer», raconte-t-il. 

Son slogan lors de sa courte campagne : «J’ai servi mon pays, maintenant je veux servir ma ville». Natif de Donnacona, il a su charmer la communauté de 7000 habitants qui l’a élu au poste de maire avec 75 % des suffrages. 

Aujourd’hui, Jean-Claude Léveillée se plaît énormément dans les fonctions qu’il occupe depuis six mois. Il avoue cependant avoir frappé un mur à son arrivée en poste, lui qui n’avait aucune expérience dans le domaine politique.

«J’ai réalisé en arrivant qu’être maire est plus exigeant que je le pensais. Les premiers deux mois ont été difficiles», se souvient-il.

Heureusement pour lui, les conseillers en place et l’ancien maire l’ont beaucoup aidé à maîtriser les procédures comme l’application d’un règlement, les dérogations, les accords de permis et les conseils de ville.  

Teinté par son bagage militaire

L’homme qui a occupé les rangs du 1er Bataillon, Royal 22e Régiment et du 2e Bataillon, Royal 22e Régiment se rend compte que son bagage au sein de l’Armée canadienne a un réel impact sur ses fonctions de maire.

La rigueur, la discipline et le leadership sont ses mots d’ordre et il croit également que cela a joué pour lui lors de l’élection.

Fort de 22 ans dans les FAC, l’Adj (ret) Léveillée a été déployé à deux reprises en ex-Yougoslavie, une fois à Chypre et muté deux fois en Allemagne. Il a pris sa retraite en 2001 lorsqu’il occupait un poste à l’École d’infanterie de Gagetown, au Nouveau-Brunswick. 

Son objectif maintenant : utiliser les aptitudes acquises pendant sa carrière militaire pour mener à terme les projets de la ville de Donnacona. Pour l’instant, il s’efforce de terminer ce que son prédécesseur avait commencé. S’il est réélu aux élections de novembre prochain, il compte procéder à des rénovations majeures de l’hôtel de ville. Le bâtiment, construit dans les années 1930, ne répond pas aux normes en matière d’incendie et est difficile d’accès pour les personnes à mobilité réduite.

«J’aime ce que je fais. Si des anciens militaires cherchent une idée d’après-carrière, je leur conseille de s’impliquer dans leur ville», termine Jean-Claude Léveillée.

<< Retour à la page d'accueil