Exercice CHEVALIER TRICOLORE : Quelques arpents de neige pour les cousins français

Agrandir l'image Un contingent de 45 motoneiges a parcouru les sentiers fédérés de la province. Photo - Sgt Marc-André Gaudreault, Imagerie Valcartier

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Obtenir leurs qualifications sur les motoneiges et en condition de guerre hivernale. Ce sont les deux objectifs qu’ont la quarantaine de militaires français venus s’entraîner en compagnie des membres du 12e Régiment blindé du Canada (12 RBC) pour l’exercice CHEVALIER TRICOLORE, du 10 au 27 janvier.

Formé de blindés, de médecins, de membres d’autres métiers de soutien et de journalistes, le contingent français suit depuis le départ l’emploi du temps soigneusement préparé par les militaires du 12 RBC. Il y a un an, ce sont les Canadiens qui avaient traversé l’océan Atlantique pour pratiquer en compagnie de leurs cousins la reconnaissance démontée dans le terrain complexe des Alpes françaises.

«C’est important pour nous d’avoir ce genre d’échange. Il ne s’agit pas seulement d’un partage de connaissances, ça permet de voir concrètement les procédures de chacun des pays pour que le moment venu, nous soyons prêts à travailler ensemble», souligne le responsable de l’aspect administratif de CHEVALIER TRICOLORE, capitaine James Fitzgerald.  

Près de 1000 kilomètres à motoneige

Après une journée de leçons théoriques sur la conduite des motoneiges et la guerre hivernale, le 11 janvier, les Français étaient prêts à partir à l’aventure.

De la Base Valcartier, le 12 janvier, un convoi de 45 motoneiges et 113 personnes a parcouru les sentiers fédérés, jalonnés par plusieurs escales instructives. Ces arrêts permettent aux Français de mettre en pratique les notions théoriques vues au début de leur séjour en sol canadien.

La première halte importante s’est faite au lac Édouard. Le groupe s’est préparé à une nuit de camping d’hiver, en installant les tentes. Fait intéressant, quatre Rangers canadiens se sont greffés au groupe. Comme l’explique le Capt Fitzgerald, leur présence vient bonifier l’expérience des Français. Les Rangers sont ferrés dans la survie hivernale, notamment en ce qui concerne le fonctionnement d’une motoneige par temps glacial.

De nouvelles leçons attendaient les motoneigistes au lac Bouchette, la seconde escale. Bien que les militaires aient emporté des rations, c’était l’occasion pour eux d’apprendre à «chasser leur repas». «C’est intéressant de revenir aux sources. Les Français n’ont pas de métier équivalant à celui des Rangers», témoigne le Capt Fitzgerald. 

Après deux nuits en plein air, un peu plus de confort ne se refuse pas. Pendant quatre nuits, le Régiment du Saguenay a fait preuve d’hospitalité, ce qui mettait la table pour quelques journées d’activités bien remplies. Le 14 janvier était réservé à l’entretien des motoneiges. Les trois jours suivants ont été plus divertissants : promenade en traîneau à chiens, ski au mont Lac-Vert et visite du Musée de la Défense aérienne de Bagotville. Le séjour saguenéen a également été l’occasion de partager quelques traditions de l’Armée canadienne, comme celle de la table qui est dressée en souvenir des camarades disparus dans tous les soupers régimentaires.

«C’est un moment intéressant qui nous permet de découvrir les traditions militaires de nos pays et de nous concentrer sur d’autres choses que les connaissances tactiques», indique le Capt Fitzgerald. 

Bien reposés, les militaires ont ensuite quitté le Saguenay pour entamer le plus long segment de leur périple de motoneige qui les a conduits jusqu’aux palissades de Charlevoix où ils ont pris part à deux jours d’activité physique. Le but était de développer l’esprit de corps et la forme physique. Au menu : escalade sur glace, pont suspendu, tyrolienne et autres défis hivernaux.

Après un millier de kilomètres en motoneige et plusieurs journées de développement professionnel en condition hivernale, le contingent était de retour à la Base Valcartier. Les 23 et 24 janvier, les Français ont visité la Citadelle de Québec et Wendake; ils ont aussi assisté à une joute des Remparts de Québec au Centre Vidéotron. Ils terminent actuellement leur séjour en participant au Défi Iceman de la Base Valcartier.

<< Retour à la page d'accueil