Diversité : un message rassembleur fort

Agrandir l'image

Diversité : un message rassembleur fort

Par Édouard Dufour, Journal Adsum

Le 15 février, plusieurs militaires se sont regroupés au CSEM 3 de la Base Valcartier afin de prendre part à une prise de photo bien spéciale. L’image produite symbolise la fierté pour les militaires noirs de défendre les valeurs d’une armée se voulant de plus en plus inclusive.

La séance de photo s’inscrivait dans le Mois de l’histoire des Noirs et dans une grande campagne nationale soulignant l’apport de la diversité au sein des Forces armées canadiennes (FAC). «Nous voulions témoigner avec cette photo de la diversité que l’on retrouve dans les FAC», relate le sergent Christian Mukolo-Mutware, au centre de la photo. Celui-ci est responsable du recrutement des nouvelles recrues membres des minorités visibles du Québec.

«Ces gens, incluant les femmes, les membres des communautés autochtones et les autres ethnies, représentent actuellement 13 % des effectifs des FAC. Nous souhaitons atteindre un ratio de 25 % pour que les FAC représentent mieux la population du Canada», explique le Sgt Mukolo-Mutware. Celui-ci affirme que les grandes villes comme Montréal et Québec sont de bons endroits pour prendre contact avec ces personnes.

Le Sgt affirme que l’inclusion de la diversité au sein des FAC a grandement été bonifiée au fil des années et que les règlements internes de l’armée favorisent «le respect, la dignité et l’équité entre tous ses membres». Il explique qu’il y a encore des efforts à effectuer pour faire connaître les valeurs des FAC aux membres des minorités visibles. «Plusieurs proviennent de pays où l’armée ne partage pas les mêmes valeurs qu’ici», précise le Sgt Mukolo-Mutware.

Cheminement qui commence

C’est avec plaisir que le soldat Héritier Kileme, dernier à droite sur la photo, a participé à la prise de photo symbolique. «La diversité a bien évolué et est en progression», mentionne le Sdt Kileme, membre du Royal 22eRégiment (R22eR), enrôlé dans les forces depuis maintenant deux ans. Celui-ci témoigne de l’augmentation de la présence de camarades noirs au sein du bataillon auquel il est assigné. Déterminé, ce jeune militaire originaire du quartier Rosemont, à Montréal, n’a pas hésité à s’enrôler dans les FAC, et ce, sans avoir préalablement intégré la Force de réserve. Il a d’ailleurs déjà des objectifs de carrière bien en tête. «J’aimerais un jour atteindre le grade de sergent et devenir instructeur de combat sans arme. Ça m’intéresse beaucoup!», explique-t-il avec passion. Le Sdt Kileme souhaiterait aussi intégrer le 3eBataillon, Royal 22eRégiment (3R22eR), et plus particulièrement la compagnie B (amphibie).

«Nous sommes bien intégrés et les gens nous accueillent tous à bras ouverts. Il faut foncer et ne pas avoir peur des préjugés!», conclut avec le sourire le Sdt Héritier Kileme.

<< Retour à la page d'accueil