Operation MEDUSA : The Furious Battle That Saved Afghanistan from The Taliban

Agrandir l'image

Par Édouard Dufour, Journal Adsum

En 2006, le major-général canadien David Fraser était responsable de la force militaire conjointe de l’OTAN à Kandahar. Dans le livre intitulé «Operation MEDUSA», le Mgén Fraser, aujourd’hui à la retraite, retrace les moments marquants de cette mission.

Le Mgén Fraser et les troupes sous son commandement ne pouvaient se douter de ce qu'ils auraient à affronter le vendredi 1erseptembre 2006. Ses officiers d’intelligence l’avaient informé la nuit précédente que les talibans se regroupaient sur tous les fronts pour une bataille totale. En proie à un désavantage numérique certain, l’alliance de l’OTAN s’apprêtait, sans toutefois s’en douter, à engager l’ennemi dans la plus grande et la plus sanglante bataille de son histoire. C’est sans détour et avec une précision chirurgicale que le Mgén Fraser fait état de détails inédits concernant les combats, tels que le changement drastique de tactique après les premiers affrontements avec les talibans, la contribution de la police afghane, la découverte de drogue et les victimes collatérales.

L’ouvrage se divise en deux segments. Le premier relate le contexte géopolitique qui régnait à l’arrivée des troupes de l’OTAN dans la région de Kandahar, la familiarisation des troupes avec cet environnement et les préparatifs au combat. On y décrit aussi les puissants liens de camaraderie et de respect régnant entre le Mgén (ret) Fraser et les membres de son équipe.

Le deuxième segment aborde la bataille pour le contrôle du district de Panjwayi, dans la province afghane de Kandahar. Il s’agit du point tournant de l’opération MEDUSA, où les confrontations furent particulièrement virulentes. On découvre alors que les Canadiens ont été crédités d’avoir à ce moment sauvé l’Afghanistan de la mainmise des talibans. L’auteur y explique également que la stratégie et les tactiques militaires canadiennes ont ensuite été enseignées dans les collèges militaires américains et utilisées aux quatre coins du globe par les troupes de l’OTAN

Gains et sacrifices

Du 19 août au 17 septembre 2006, période dans laquelle l’opération MEDUSA s’est déroulée, six Canadiens et 12 Britanniques perdirent la vie au front, tandis que plus d’une cinquantaine de membres de la coalition furent blessés. Entre 1000 et 1500 talibans furent neutralisés. Au-delà des statistiques du combat, M. Fraser souligne les impacts tangibles de cette opération, tels que le retour sur les bancs d’école de 5 millions d’enfants, la tenue d’élections légitimes, une liberté de presse renouvelée et le retour de 3 millions d’expatriés en Afghanistan.

Operation MEDUSA décrit avec simplicité et franchise la réalité d’une guerre complexe, mais aussi toute la lourdeur des sacrifices consentis pour mener à terme une guerre d’usure. «Il n’y a pas un jour qui passe sans que je ne repense à ceux qui ont été tués pendant notre déploiement», confie dans son ouvrage David Fraser, en se remémorant les cérémonies de rapatriement au Canada des corps des camarades tombés au combat.

<< Retour à la page d'accueil