Base Valcartier : place au nouveau champ de tir!

Agrandir l'image Les fondations en béton renforcé du champ de tir à la grenade Athena sont conçues pour résister à l’épreuve du temps.

Par Édouard Dufour, Journal Adsum

La déflagration d’une grenade peut propulser des fragments d’acier mortels jusqu’à plusieurs mètres de distance. C’est grâce au nouveau champ de tir Athena, officiellement inauguré le 7 septembre, que les militaires de la Base Valcartier pourront maintenant perfectionner avec une efficacité optimale leur aptitude au maniement de la grenade.

Les candidats au cours d’infanterie PP1 du Centre d’instruction de la 2e Division du Canada (CI 2 Div CA) ont été les premiers à utiliser le nouveau champ de tir à la grenade, dans le cadre de leur formation. Faisant preuve d’une grande attention et suivant méticuleusement les directives de sécurité de leur instructeur, les jeunes militaires ont lancé des grenades factices, avant de passer aux grenades réelles.

Après plus d’un an d’attente, les troupes peuvent dorénavant bénéficier de nouvelles installations. Le nouveau champ de tir de la 2 Div CA comporte quatre baies de tir à la grenade à ciel ouvert, ainsi que deux autres d’observation. Une tour de contrôle munie d’outils avancés de communications surplombe le tout. Jusqu’à une trentaine de personnes pourront s’entraîner quotidiennement à ce champ de tir équipé d’un système de chauffage et d’un détecteur de mouvement.

Le capitaine Bruno Talbot, officier des Opérations au service des Champs de tir et secteurs d’entraînement (CTSE), explique que les abris du champ de tir sont formés «d’un alliage hybride de béton renforcé et de bois traité sous pression», afin de créer un barrage salutaire pour ceux s’y réfugiant. Les différentes baies vitrées d’observation du champ de tir sont pour leur part formées d’un panneau de polycarbonate feuilleté contenant à la fois des plaques de polycarbonate et d’acrylique. Fait notable, alors qu’elles forment un tout solide une fois assemblées, les composantes du bâtiment peuvent toutes être facilement démontées et remplacées au fil du temps. Le Capt Talbot affirme qu’une «cinquantaine d’années minimum» pourront s’écouler avant de devoir entamer des travaux de réfection d’usage pour ce champ de tir. Le personnel de l’Unité des opérations immobilières (UOI) veillera à l’entretien des installations.

Le Capt Talbot indique que le champ de tir ne générera aucune émission polluante, puisque «tous les résidus chimiques de type RDX provenant de la détonation des grenades seront conservés dans un filtre au charbon actif». Le nouveau champ de tir Athena se trouve dans les secteurs d’entraînement alors que son prédécesseur, le Vaucelle, était situé près du terrain de golf du Centre Castor. Le Capt Talbot stipule que le nouvel emplacement facilitera «le contrôle, la sécurité et l’accès au champ de tir», tout en «réduisant l’émission de bruit» pouvant importuner la population civile.

La fin d’une époque

C’est donc après plus de 40 années de loyaux services que le champ de tir à la grenade Vaucelle, situé près du Centre Castor, se verra retirer du registre des champs de tir des Forces armées canadiennes. Un processus exhaustif de démolition, puis de décontamination, sera sous peu mis en branle. Lorsque ce travail de plusieurs mois sera effectué, l’ancien site du Vaucelle pourra accueillir de nouveaux projets.

<< Retour à la page d'accueil