Valcartier commémore la mission en Afghanistan

Agrandir l'image Pas moins de 1780 militaires de Valcartier ont défilé pour commémorer la mission en Afghanistan. - Photo : sgt Néron, Imagerie VA

Par Philippe Brassard, journal Adsum

Comme partout ailleurs au Canada, les militaires de Valcartier ont pris le temps de se remémorer les 12 dernières années de la mission en Afghanistan, le 9 mai lors de la Journée nationale de commémoration.

Cette journée nationale, célébrée pour la toute première fois, visait à souligner l’engagement des 40 000 militaires canadiens qui ont servi en Afghanistan de 2002 à 2014, et plus particulièrement d’honorer les sacrifices des 158 soldats tombés au combat, des 2000 soldats blessés et leurs familles.

La cérémonie de Valcartier a rassemblé plus de 1780 militaires du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada et de ses unités affiliés sur le grand terrain de parade de la base. Près de 2000 membres de la communauté militaire – familles, vétérans et amis – ont aussi assisté à cet événement fortement médiatisé.

Plusieurs personnalités connues ont assisté à la cérémonie, notamment le lieutenant-gouverneur du Québec, Pierre Duchesne, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Steven Blaney, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le maire de Québec, Régis Labeaume.

En ouverture de cérémonie, une émouvante prière a été prononcée par un aumônier, en mémoire des disparus. Ensuite, deux minutes de silence ont été observées et un trompettiste a joué la «Sonnerie aux morts» et le «Réveil».

Puis, les dignitaires ont pris la parole pour saluer le courage des militaires de Valcartier qui ont foulé le sol de l’Afghanistan; certains y laissant leur vie ou une partie d’eux-mêmes.

«Cher amis, aujourd’hui les Canadiens et Canadiennes s’unissent pour vous remercier, hommes et femmes actifs et retraités, pour votre dévouement, votre professionnalisme et votre courage et pour souligner l’engagement de vos familles, qui ont toujours été là», a déclaré au nom du gouvernement canadien le ministre Steven Blaney.

Pour sa part, le lieutenant-gouverneur Pierre Duchesne a invité la communauté à se «souvenir de ceux et celles qui ont payé de leur vie ce grand désir qu’ils avaient de contribuer à l’édification d’un monde meilleur». «Les minutes de silence que nous venons d’observer rendent partiellement honneur à leur grandeur d’âme et à leur héroïsme. Nous devons nous en souvenir», a-t-il dit.

«Au nom des membres de mon gouvernement et de la population du Québec, je tenais à vous remercier», a déclaré le premier ministre Philippe Couillard. «Nous ne devons jamais oublier les femmes et les hommes qui ont fait le sacrifice de leur vie pour défendre la paix, la liberté, la sécurité et exprimer notre refus de se soumettre au terrorisme.»

«Ensemble, les autorités civiles, l’OTAN et les Forces armées canadiennes ont travaillé avec acharnement afin de rehausser les capacités du gouvernement afghan vis-à-vis les secteurs de la gouvernance, du développement et de la sécurité. Nous avons raison d’être fiers de notre contribution marquante aux efforts du Canada en appui au gouvernement et au peuple afghan», a souligné le brigadier-général Jean-Marc Lanthier, commandant de la 2e Division du Canada.

En fin de cérémonie, les 1780 militaires ont défilé fièrement devant la foule réunie.

Boucler la boucle

Pour l’adjudant Martin Bédard, du 12e Régiment blindé du Canada, qui a été déployé à Kandahar en 2006 avec l’Équipe de liaison et de mentorat opérationnel, cette cérémonie a évoqué «12 ans de travail ardu, mais aussi un sentiment d’accomplissement et d’un travail bien fait».

Ses meilleurs souvenirs de la mission sont les moments où il a pu aider la population afghane. «Je me souviens d’une famille qui était venue demander de l’aide pendant une choura. On leur avait donné de la nourriture, des moyens pour subvenir à leurs besoins», donne-t-il en exemple.

«Je pense qu’on a fait une différence, ajoute-t-il humblement. On a aidé la population, aidé la police afghane à s’améliorer et à s’instruire, pour qu’elle soit en mesure de sécuriser son pays.»

La cérémonie lui aura permis de «boucler la boucle» sur l’Afghanistan, pour se tourner vers l’avenir. «Nous sommes des soldats et notre rôle est d’être prêts : s’il y a une autre mission, peu importe où, nous sommes prêts», conclut-il.

<< Retour à la page d'accueil