172 militaires canadiens marchent à Nimègue

Agrandir l'image Un contingent de 172 militaires canadiens a participé à la Marche de quatre jours de Nimègue, aux Pays-Bas, qui rassemble 45 000 personnes au total. Photo - cpl Wesley, FOI Nimègue 2014

Par Philippe Brassard, journal Adsum (Édition du 13 août 2014)

Un contingent de 172 militaires canadiens, parmi lesquels 22 militaires de Valcartier, a participé à la Marche internationale de quatre jours de Nimègue, aux Pays-Bas, du 14 au 18 juillet.

Cette 98e édition de la Marche de Nimègue a rassemblé près de 45 000 personnes de 50 pays différents, dont 5000 militaires, ainsi qu’un million de spectateurs.

Cet événement est l’occasion de commémorer la libération des Pays-Bays par les Alliés en 1944 et 1945 lors de la Deuxième Guerre mondiale. Près de 7200 soldats canadiens sont décédés durant cette campagne.

Vingt membres des trois bataillons du Royal 22e Régiment (R22eR) et deux membres de la 5e Ambulance de campagne ont eu la chance de marcher en sol néerlandais.

Portant l’uniforme de combat et un sac à dos de 10 kilos, ils ont parcouru pas moins 40 kilomètres par jour tout autour de la ville de Nimègue, pour un total de 160 kilomètres.

 «Nous avons croisé beaucoup de villages. Partout, les gens nous attendaient. Il y avait des orchestres et des enfants qui nous donnaient des bonbons. L’ambiance était festive», raconte le lieutenant Guillaume Trudeau, participant du 3 R22eR.

Dame Nature s’est montrée généreuse et la marche s’est très bien déroulée, selon le jeune officier «Malgré quelques ampoules, tous les membres de notre groupe ont terminé la marche», précise-t-il.

Afin de se préparer physiquement en vue de ce défi, les participants de Valcartier avaient usé leurs bottines un bon coup en marchant environ 700 kilomètres dans la grande région de Québec, seul et en groupe.

Le dernier jour de la marche, les militaires ont participé au défilé de la victoire dans les rues de Nimègue, le long de la Via Gladiola, une route principale rebaptisée en raison des fleurs (glaïeuls) que les dizaines de milliers de spectateurs lancent aux marcheurs à leur arrivée dans la ville. «La foule était impressionnante. Il y avait des gens partout sur les toits, on entendait crier "Welcome Canada" et on nous offrait des fleurs», relate le lt Trudeau.

Au début de leur séjour en Europe, les Canadiens ont également pris part à des cérémonies commémoratives en France et en Belgique, notamment les anciens champs de bataille et le Mémorial canadien à Vimy, le cimetière allemand de Langemark, le cimetière d’Essex Farm et le Mémorial de la Porte de Menin, à Ypres.

Au final, la Marche de Nimègue fut «une très belle expérience» et un «accomplissement personnel», souligne le lt Trudeau. «J’ai apprécié le fait de pouvoir côtoyer 5000 militaires des autres pays. C’était intéressant de discuter avec des Français, des Allemands ou des Norvégiens, et d’en apprendre sur ce qui se fait ailleurs dans les autres armées.»

<< Retour à la page d'accueil