Médaillée aux Jeux Invictus : la cerise sur le sunday

Agrandir l'image Le sergent Renée Bertrand (à gauche), tout sourire sur le podium après avoir remporté une médaille d’argent au 50 mètres brasse en natation. Photo - Gracieuseté, Jim Moore

Par Simon Leblanc, journal Adsum

C’est avec une médaille d’argent en natation au 50 mètres brasse des Jeux Invictus, à Londres du 9 au 14 septembre, que le sergent Renée Bertrand a finalement réalisée qu’il était toujours possible pour elle de réaliser des exploits dans sa vie.

La militaire de la 5e Ambulance de campagne travaille présentement au centre de recrutement de Québec et est actuellement en procédure de libération, un choix qu’elle n’a malheureusement pas fait.

En effet, cette dernière est passée par toute une gamme d’émotions. En mars 2013, alors qu’elle pratiquait son sport favori, le badminton, elle s’est blessée gravement au tendon d’Achille.

Depuis ce temps, elle a eu un deuil à faire par rapport à sa carrière militaire et sa capacité physique au quotidien, car cette blessure n’est malheureusement pas opérable.

Elle ne s’est toutefois pas laissée abattre : «Dès ce moment, j’avais deux choix, m’apitoyer sur mon sort ou faire quelque chose de ma vie.»

Elle a finalement fait partie des 400 athlètes prenant part aux Jeux Invictus et était la seule Québécoise parmi les 11 athlètes canadiens envoyés par le programme Sans Limites, organisme venant en aide aux militaires blessés.

«C’était une opportunité fantastique de réaliser qu’il y a d’autre beaux défis dans la vie et que je ne suis pas la seule à vivre ce genre de situation», précise-t-elle.

Opportunité qu’elle n’a pas laissé passer en remportant sa médaille d’argent après seulement deux mois et demi d’entraînement en natation. 

Sgt Bertrand était très heureuse de cet exploit et de s’être qualifiée pour les finales des trois autres distances qu’elle nageait : le 50 mètres dos crawlé, le 50 mètres crawl et le 100 mètres crawl. «Mon défi avec la compétition était de me prouver que j’ai encore quelque chose à accomplir et que ce n’est pas cette blessure qui va m’arrêter dans la vie.» 

Elle est également consciente que cet exploit n’aurait pas été possible sans l’aide de Sophie Turcotte et Nadine Gosselin du conditionnement physique adapté, qui lui ont fourni un programme de natation adapté et avec qui elle s’entraîne chaque matin la semaine.

Mme Bertrand était aussi très impressionnée par l’ampleur des Jeux Invictus qui avaient lieu dans les anciennes installations des Jeux olympiques de Londres de 2012. «C’était très impressionnant de voir ça», affirme-t-elle.    

Les Jeux Invictus sont organisés pour les militaires blessés physiquement et psychologiquement.

<< Retour à la page d'accueil