Le VCEMD dresse les orientations et les défis des FAC

Agrandir l'image Le VCEMD, lgén Guy R. Thibault, a été invité par l’Institut militaire de Québec à présenter à Valcartier une conférence sur les orientations et défis futurs des FAC. Photo - cpl Nicolas Tremblay, Imagerie Valcartier

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Le 7 octobre, près de 400 militaires de Valcartier s’étaient mis sur leur 31 afin d’assister à une conférence sur les orientations et défis futurs des Forces armées canadiennes (FAC), donnée par nul autre que le vice-chef d’état-major de la Défense (VCEMD), le lieutenant-général Guy R. Thibault, au Centre d’instruction de la 2e Division du Canada.

Le VCEMD a touché à plusieurs sujets d’importances des FAC lors de son passage, notamment les pressions financières, le contexte stratégique, la vision des Canadiens par rapport à l’Armée canadienne, les implications et plusieurs autres.

Il a mentionné l’importance des poussées opérationnelles comme les opérations RENAISSANCE, REASSURANCE, IMPACT et le soutien à l’OTAN, car les troupes peuvent être appelées à servir à tout moment. Dans cet ordre d’idée, il a précisé qu’il ne savait pas jusqu’où irait l’implication du Canada dans le conflit en Irak, mais que c’est un conflit important qui préoccupe non seulement le pays, mais aussi tous ses alliés.

Faisant allusion au conflit avec l’État islamique de l’Irak et du Levant (EIIL), le lgén Thibault a dressé une liste des engagements probables des FAC, à court, moyen et long terme. D’ici à l’élection fédérale l’an prochain a-t-il mentionné, l’agenda pourrait changer. Il suffit d’être patient et de s’adapter, en y voyant l’opportunité d’avancer certains projets, dont la révision de la Stratégie de défense Le Canada d’abord (SDCA).

«On sait qu’il y a des menaces cybernétiques et asymétriques. On va mettre l’accent sur les capacités à développer notre programme contre les attaques cybernétiques», mentionne-t-il en précisant l’importance de se préparer à affronter ce genre de menace.  

La SDCA marque notamment le début d’une nouvelle ère d’investissements qui offrira aux FAC les outils nécessaires pour leur permettre d’accéder au statut de force moderne de premier plan. Elle met également l’accent sur l’importance des liens entre la sécurité intérieure et la stabilité internationale. Dans un cadre financier prévisible à long terme, la SDCA est un élément essentiel de l’ensemble de la démarche du gouvernement qui vise à prioriser le renouvellement des principales flottes de combat.

La perception des Canadiens envers les FAC

Le VCEMD a abordé dans sa conférence la question de l’image que projettent les FAC au sein de la population canadienne.

Un sondage mené auprès de la population dévoile que 89 % des répondants ont maintenant une impression positive des militaires en service dans les FAC, et 52 % conseilleraient à un jeune de leur entourage de se joindre aux Forces comparativement à 35 % qui ne le recommanderaient pas.

Le sondage a également révélé certaines perceptions négatives entretenues par les répondants à l’égard des FAC, telles que le nombre trop élevé selon eux de quartiers généraux, un contrôle insuffisant des programmes majeurs, une inefficacité dans les processus de travail et un manque d’optimisation des ressources. «Notre gouvernement croit aux FAC. Il y a une excellence du côté opérationnel, mais peut-être une petite lacune sur la gestion du programme. Nous devons travailler sur ce point.»

Le VCEMD a aussi parlé d’aligner les activités de planification avec les priorités institutionnelles. Il a donné en exemple la réforme de la Stratégie d’acquisition de la Défense et la nécessité de faire avancer les projets d’acquisition majeurs. «Il faut aligner nos ressources avec les priorités, chose qui n’a pas été faite suffisamment jusqu’à présent. Si on n’avance pas, on va avoir des problèmes avec les programmes d’acquisition. Il faut répondre aux besoins et s’assurer que nos ressources sont dirigées vers notre capacité opérationnelle», précise-t-il. 

Quant aux pressions financières qui ont affecté ce genre de programmes, le lgén Thibault soutient que les choses devraient s’améliorer dans les années à venir.

En plus de cette conférence, le VCEMD a profité de sa présence dans la région pour rendre visite à la Réserve navale en matinée et à Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) en après-midi.

<< Retour à la page d'accueil