Les Chinooks volent à Valcartier!

Agrandir l'image Le CH-147F Chinook peut déplacer des troupes d’un endroit à l’autre plus rapidement, une vingtaine de soldats à la fois. Photo - cpl Geneviève Lapointe, Imagerie Valcartier

Par Simon Leblanc, journal Adsum

La récente collaboration du 430e Escadron tactique d’hélicoptères (430 ETAH) avec les nouveaux CH-147F Chinook, basés au 450e Escadron tactique d’hélicoptères (450 ETAH), a pleinement pris son envol lors de l’exercice RAFALE BLANCHE 2015, du 19 au 27 janvier.

Deux Chinook, ainsi que leur équipage, se sont intégrés pour la première fois aux exercices de guerre, permettant du même coup au 430 ETAH de se diversifier.

Le capitaine Jérôme Trudel, pilote de Griffon au 430 ETAH, explique que l’arrivée des Chinook permet maintenant aux Griffon de délaisser le transport de troupe et de se consacrer à escorter et à protéger les Chinooks qui se chargeront désormais de cette tâche. Lorsque les Chinooks sont absents, les Griffons font de la protection au sol et de la surveillance au sol.

«C’est certain qu’on apporte une capacité qu’on n’avait pas avant, notamment avec le nombre de troupes qu’on peut emmener et les charges qu’on peut transporter», précise le capt Dominique Simard, pilote de Chinook au 450 ETAH.

Il ajoute également qu’étant donné qu’il est possible d’embarquer plus d’une vingtaine de soldats par appareil, ils sont capables de déplacer les troupes en beaucoup moins de temps que si les Griffon, moins spacieux, s’en chargeaient. Les soldats arrivent donc en grand nombre et prêts à combattre, plutôt qu’en petit groupes séparés.

C’était également la première fois que des Chinook avec skis étaient utilisés sur le territoire de la Base Valcartier. Les skis facilitent l’atterrissage du Chinook en hiver, permettant aux roues de ne pas caller dans la neige.

Changements dans l’organisation

Cette nouvelle capacité qu’apportent les Chinook a entraîné plusieurs changements dans l’organisation du 430 ETAH. Les pilotes de Griffon ont dû aller à Petawawa à la fin novembre pour pratiquer de nouvelles formations de vol.

Comme c’est une intégration permanente, l’escadron doit maintenant travailler conjointement avec le 450 ETAH et les nouveaux membres d’équipage.

«Nous avons maintenant plus de possibilités par rapport à notre capacité d’aider les autres unités», précise le capt Jérôme Trudel, ajoutant que cette diversification leur procure de nouvelles expériences de vol.

«On met les bases tranquillement et plus on va avancer, plus on va prendre de l’expérience. RAFALE BLANCHE est un excellent test pour commencer, et les gars avaient hâte de voler aux côtés des Chinook», continue-t-il.   

Recommencer à zéro

L’arrivée de ces nouveaux appareils, livrés à Petawawa en juin 2013, n’a toutefois pas été simple pour le 450 ETAH qui a dû refaire les plans d’entraînement et former les équipages sur ces appareils.

Une adaptation technologique a également été requise. «La grosse différence, c’est le cockpit et le niveau d’automatisation. On est maintenant capable de coordonner les performances et les prévisions de puissance des moteurs avec la mission», explique le capt Simard.

Le nouveau Chinook est équipé d’un pilote automatique. Et adieu aux bonnes vieilles cartes géographiques, un GPS est maintenant intégré au tableau de bord. «Il a fallu s’ajuster à ces nouveaux systèmes, mais ils facilitent beaucoup le pilotage et simplifient la navigation», ajoute le capt Simard.

Il sera éventuellement possible de programmer complètement le trajet dans l’appareil et de le faire voler sans jamais toucher les contrôles. 

Caractéristiques du CH-147F Chinook

– 30,18 m du rotor avant au rotor arrière

– 18,28 m d’envergure de chaque rotor

– 5,77 m de hauteur

– 24 494 kg

– Vitesse maximale de 315 km/h

– Rayon d’action de 1100 km 

<< Retour à la page d'accueil