Après la coupe, le reboisement

Agrandir l'image Un travailleur du Service canadien des forêts s’affaire au reboisement d’un secteur où une coupe avait été effectuée au début de l’année. Photo - Simon Leblanc, Adsum

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Après l’abattage de mélèzes sur une superficie de 2,9 hectares sur la Base Valcartier, en janvier dernier, voilà que l’heure du reboisement a sonnée. 

Rappelons que la coupe préventive avait été effectuée conjointement par le Service canadien des forêts (SCF) et le service des Champs de tir et secteurs d’entraînement (CTSE). Elle était nécessaire en raison d’une infestation par le dendroctone du mélèze. Cet insecte s’est attaqué aux arbres affaiblis, les faisant mourir sur pied, et a poussé le SCF à agir rapidement afin d’éviter que l’épidémie se propage à d’autres peuplements de mélèzes à proximité.  

Cependant, comme l’a expliqué l’ingénieur forestier du SCF, Jean-François Paquet, un autre problème a surgi au cours de l’hiver.

Étant donné que les arbres matures offrent un couvert de protection pour la régénération au sol, l’abattage des arbres réalisé en janvier dernier accompagné des grands froids que nous avons connus cet hiver a occasionné un phénomène appelé  «dessication hivernale». C’est en quelque sorte un assèchement du feuillage par le soleil et le vent alors que l’eau du sol, étant gelée, n’est pas disponible à l’arbre. C’est un phénomène qui se produit à l’occasion en bordure des autoroutes. Puisque, la quasi-totalité du feuillage des arbres que nous avions laissés sur le site a souffert de dessication, le SCF a donc eu à intervenir de nouveau et broyer tout le secteur pour repartir avec une plantation sur l’ensemble de la superficie coupée.

Ainsi, plus de 5000 nouveaux plants de mélèzes et d’épinettes blanches provenant de pépinières du Québec ont été plantés au cours de la journée du 2 juin. Jean-François Paquet mentionne que ce mélange d’essences d’arbres résistera à la végétation compétitive qui va s’installer au fil du temps.

L’ingénieur ajoute que 22 000 autres plants ont été plantés dans le secteur 29, sur une superficie de 10 hectares. C’est encore une fois le SCF qui s’est chargé du travail.

Les plantations seront soumises à un entretien pour une période de deux ans. L’objectif est de s’assurer que les plants en croissance ne seront pas envahis par la végétation compétitive qui s’installera avec les années dans ces secteurs. 

Jean-François Paquet ajoute que le SCF procèdera à d’autres travaux forestiers en décembre 2015 et janvier 2016 dans les secteurs d’entraînement. Le bois récupéré est vendu en échange de crédits forestiers qui sont réutilisés pour défrayer les coûts des travaux d’aménagement forestier sur la Garnison.

Depuis 1994, le ministère de la Défense nationale et le SCF ont un protocole d’entente assurant la gestion forestière de la Base Valcartier, dont la superficie totalise plus de 24 000 hectares, dont 12 000 sont occupés par la forêt. L’aménagement forestier permet donc d’assurer la régénération des peuplements et une saine gestion afin d’assurer la pérennité des forêts et du territoire. 

<< Retour à la page d'accueil