Le colonel Michel-Henri St-Louis aux commandes du 5 GBMC

Agrandir l'image Le col Michel-Henri St-Louis signe les parchemins officialisant le transfert de commandement, entouré à gauche du bgén Stéphane Lafaut, commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées(Est), et à droite du bgén Dany Fortin.

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Le 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) opère maintenant sous les ordres du colonel Michel-Henri St-Louis. Le 28e commandant de la brigade est officiellement entré en poste lors de la prise d’armes tenue le 26 juin à la Base Valcartier. Quant à son prédécesseur, le brigadier-général Dany Fortin, il poursuivra sa carrière militaire à la Joint Base Lewis-McChorddans l’état de Washington, aux États-Unis.

Les membres du 5 GBMC et une centaine d’invités, hauts dignitaires et membres des familles, ont assisté à la prise d’armes présidée par le commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées (Est), le brigadier-général Stéphane Lafaut. Le lieutenant-gouverneur du Québec, Pierre Duchesne, s’est également joint aux festivités.

C’est le cœur gros que le bgén Fortin, nouvellement promu à ce grade au cours de la cérémonie, quitte le commandement du 5 GBMC. «Durant ces deux ans de commandement au sein d’une équipe fantastique, j’ai vu des soldats grandir à l’entraînement. Je les ai vu performer sur différents fronts, concentrations de patrouille et autres. Nous avons bien entraîné nos soldats. Je me sens triste de quitter cette équipe», confie le bgén Fortin.

Avant de quitter, le commandant sortant a tenu à lancer un message : «Depuis le retour de la mission en Afghanistan, certains de nos soldats peuvent avoir de la difficulté à se réintégrer. Il est primordial d’encourager nos gens à parler. S’ils ont des problèmes, ils doivent chercher de l’aide. Cette aide, elle est disponible. J’encourage nos militaires à rester à l’affût, à regarder son collègue à gauche et à droite, il y en a peut-être un qui a besoin d’aide. Nous sommes dans une période de changement.» 

Le nouveau chef

«C’est avec beaucoup de gratitude, un mélange d’humilité, d’accomplissement et de joie que j’entre en poste en tant que commandant du 5 GBMC. Cette formation dans laquelle je retrouve des hommes et des femmes, des soldats avec qui j’ai grandi comme officier, que j’ai servis comme lieutenant, major et lieutenant-colonel. Revoir ces visages connus et voir que eux aussi ont continué de progresser me remplit d’une gratitude profonde», affirme le nouveau commandant de la brigade, le col St-Louis.

Celui qui a joint les rangs du Royal 22e Régiment à l’âge de 21 ans se retrouve aujourd’hui à la tête de la seule brigade francophone de la Force régulière au pays. Il devra maintenant diriger huit unités, composées de plus de 4500 soldats.

«Je prends les rênes d’une brigade qui est déclarée prête aux opérations et nous serons prêts à relever les défis qui se présenteront à nous. J’ai appris ici le travail exceptionnel du bgén Fortin qui a fait une montée en puissance dynamique axée sur les capacités opérationnelles. Bien que je n’aie pas été de cette montée en puissance, je vois mon arrivée en poste comme un défi, une opportunité exceptionnelle pour le Canada de rayonner au sein de cette alliance», ajoute-t-il.    

Une idée animait déjà le col St-Louis lors de son entrée en poste, celle de réconcilier ce qui est imposé aux soldats et aux familles avec le résultat opérationnel demandé. Il est conscient que ce n’est pas une tâche facile, mais c’est quelque chose qu’il a le souci de regarder afin d’établir un certain équilibre.

Biographie du colonel Michel-Henri St-Louis

Originaire du Nicaragua, le col Michel-Henri St-Louis est diplômé du National War College, du Collège des Forces canadiennes (FC), du Collège militaire royal (CMR) de Saint-Jean, du Royal Military College de Kingston, et du Collège de commandement et d’état-major de l’Armée.

Enrôlé en 1987, il a débuté sa carrière au sein du Royal 22e Régiment (R22eR) en mai 1992.  Il a ensuite été muté à Saint-Jean, Québec, Oromocto, Ottawa, Toronto, Winnipeg et Washington D.C. Il a commandé au niveau tactique au sein du 2e Bataillon, R22eR, puis du 1er Bataillon, R22eR. Il a été instructeur à l’École d’infanterie et commandant de l’escadron Richelieu au CMR. Il a été le premier officier de l’Armée à agir comme chef d’état-major de la 1re Division aérienne du Canada. Il a également servi comme officier d’état-major au sein du Directeur général de la planification stratégique des FAC, de l’État-major de l’Armée de terre et, dernièrement, de l’État-major interarmées stratégique au QGDN. Voilà qu’il prend maintenant le commandement du 5 GBMC.

Il s’est déployé dans le cadre de cinq missions outremer. Il a servi à Srebrenica, en Bosnie, à l’été 1993, à Rastevic, en Croatie, à l’été 1995, et à Zgon, en Bosnie, en 2002. Il a été déployé deux fois en Afghanistan, d’abord en février 2006, et, de novembre 2010 à juillet 2011, il a commandé le dernier groupement tactique à conduire des opérations de combat dans le district de Panjwai, à Kandahar.

 

 

<< Retour à la page d'accueil