Plus de 900 réservistes pour NOBLE GUERRIER 2015

Agrandir l'image Course à travers le champ de tir avec une C7 en main. Photo - Cplc Valérie Villeneuve, 35 GBC

Par Simon Leblanc, journal Adsum

La Base Valcartier, plus particulièrement le Camp Vimy, accueillait du 8 au 16 août plus de 900 réservistes des 34e et du 35e Groupes-brigades du Canada (34 GBC et 35 GBC) à l’occasion du plus gros exercice de la Réserve de l’Armée canadienne dans la province, l’exercice NOBLE GUERRIER 2015.

«Les exercices sont comme de minuscules scénarios de guerre. Ça nous permet de bien travailler ensemble dans un contexte s’approchant de la réalité. C’est une excellente préparation en vue d’un vrai déploiement», exprime d’entrée de jeu un réserviste prenant part à la concentration de milice (CONMIL), élève-officier Ramgolam Hemkesh.

Les réservistes du 34 GBC et du 35 GBC, respectivement présents au nombre de 380 et 484, bénéficiaient d’une rare opportunité de prendre part à un entraînement axé sur le tir réel.

L’objectif : réévaluer l’entraînement collectif de la Première réserve et confirmer les normes d’aptitude au combat des réservistes. «L’expérience de la CONMIL est très motivante. Nous nous sentons enfin reconnus comme des soldats à part entière», souligne le caporal-chef Carl Pépin-Bourgouin. Les réservistes ont confirmé leurs aptitudes et atteint les objectifs d’entraînement annuels par le biais d’exercices, autant en détachement/section qu’en troupe/peloton, mettant en pratique les tactiques, les techniques et les procédures. Comme d’habitude, l’évaluation sur champ de tir avec les C6, C7 et C9 devait être effectuée par les réservistes ne possédant pas encore la qualification requise pour utiliser les différentes armes de Forces armées canadiennes. C’étaient l’occasion d’y remédier, à condition d’obtenir la «note de passage».

Certains réservistes sont arrivés plus tôt cet été pour prendre part à la CONMIL. C’est notamment le cas des artilleurs qui menaient une concentration de tir réel d’artillerie dans le cadre du cours de perfectionnement professionnel 1 (PP1) Artillerie. Même son de cloche pour les blindés en ce qui concerne leur trimestre estival d’instruction individuelle pendant lequel ils ont complété leur PP1.

Démolition et assemblage de ponts, voici ce qui était au menu pour les ingénieurs de combat tandis que l’infanterie s’afférait à effectuer des attaques de section et de peloton.

Ces situations de combat faisaient le bonheur des techniciens médicaux qui utilisaient cette CONMIL pour pratiquer le soutien médical auprès des troupes en temps réel.

Fidèle à son habitude, le 35e Bataillon des services du Canada a assuré le soutien logistique comme le transport, la maintenance, les cuisines et plus encore.

«Cette CONMIL m’a permis d’apprendre plus que ce que j’imaginais. Les cours sont complets et le personnel est qualifié», affirme un réserviste au retour du petit-déjeuner, caporal Nicolas Leblanc.

«Notre séjour ici passe très vite. Le staff est présent pour nous. Certains restent même plus longtemps que prévu pour s’assurer qu’on soit bien instruit», ajoute un compagnon du Cpl Leblanc, soldat Anthony Piché.

NOBLE GUERRIER 2015 en chiffres

914 participants

808 hommes

106 femmes

380 membres du 34 GBC

484 membres du 35 GBC

50 militaires en soutien

27 ans, la moyenne d’âge des réservistes   

<< Retour à la page d'accueil