De militaire à humoriste

Agrandir l'image L’amour de la scène de Ltv Éliane Trahan l’a amenée à passer les deux dernières années sur les bancs de l’École nationale de l’humour. Elle est l’une des 11 finissants de 2015. Photo - Louis Longpré

Par Simon Leblanc, journal Adsum

En septembre 2013, alors âgée de 28 ans, l’officier des affaires publiques du 34e Groupe-brigade du Canada (34 GBC), lieutenant de vaisseau Éliane Trahan, se lance dans une toute nouvelle aventure, celle de l’École nationale de l’humour. Deux ans plus tard, en juillet 2015, la voilà maintenant diplômée, elle qui rêve de faire carrière dans l’humour.

Ltv Trahan s’est enrôlée dans la Réserve en 2009, suivant les traces de sa mère qui occupe aussi un poste d’officier des affaires publiques. Avant de joindre les rangs dans les Forces armées canadiennes (FAC), la jeune femme aujourd’hui âgée de 30 ans baignait déjà dans les arts de la scène : théâtre humoristique, animation de galas et autres activités du genre. L’idée de passer les auditions pour entrer à l’École nationale de l’humour lui trottait dans la tête.

«Lorsque je faisais du théâtre et de l’animation, je finissais toujours par ajouter ma petite touche personnelle d’humour. C’est ce qui m’a motivée à essayer les auditions», explique Ltv Éliane Trahan.

Fonçant tête première et sans nourrir trop d’attentes, l’humoriste en herbe a finalement été l’une des 25 personnes, sur 200 postulants, à être sélectionnées pour une journée de stage avec improvisation et exercice d’écriture. Au terme de cette journée, la moitié des candidats seulement entraient officiellement à l’École nationale de l’humour, et Ltv Trahan en faisait partie.  

Deux années intenses

«Je ne sais pas comment j’ai fait, lance la militaire en riant. Si je peux faire un parallèle avec le monde militaire, l’École de l’humour te pousse constamment à relever de nouveaux défis et à te surpasser», confie Ltv Éliane Trahan.

Au cours de ces deux années très intenses, les élèves ont suivi de nombreux cours leur apprenant les rudiments de l’humour. Cours d’interprétation, d’improvisation, d’écriture humoristique, de procédé d’humour, etc.

Contrairement à plusieurs de ses collègues de classe, Ltv Trahan n’avait pas d’expérience concrète en humour. Cette réalité lui a rendu la tâche plus complexe, mais elle a mis les bouchées doubles et a réussi à tirer son épingle du jeu, tout en travaillant l’été au sein du 34 GBC.

Comme elle l’explique, cette expérience n’aurait pas été la même sans la présence de professeurs très compétents. Un humoriste ou un producteur passait également chaque semaine pour aiguiller les futurs humoristes dans les choix à faire pour une carrière prolifique dans ce domaine.

Tout récemment, de mars à juillet, les 11 finissants se sont lancés dans une tournée de 40 spectacles à travers la province et ont conclu le tout au fameux Zoo Fest, festival d’humour reconnu à Montréal. La tournée signifiait du même coup la fin de deux années de travail acharné pour la relève de l’humour.

«J’ai beaucoup apprécié mon expérience. J’ai eu l’occasion de travailler avec des gens extraordinaires et j’aime être devant un public», affirme Éliane Trahan. La tournée l’a menée à Havre-Saint-Pierre dans une petite salle de spectacle qui s’est avérée sa scène favorite. «On était très près des gens à cet endroit. Ça facilitait le contact avec le public, c’était plaisant», ajoute Ltv Trahan.  

Sur scène, la militaire joue un personnage un peu névrosé. Pendant la tournée, elle faisait un numéro où elle constatait qu’en cette ère où les shows de télé-réalité sont remplis de personnes ayant une histoire rocambolesque, sa vie est trop normale.

Maintenant diplômée, Ltv Éliane Trahan entend voler de ses propres ailes dans ce monde où la compétition est féroce et où il faut constamment se démarquer pour devenir populaire. Elle tentera de faire ses preuves en jouant son numéro dans des bars et a en vue de participer à l’émission pour la relève de l’humour à MATV, «En route vers mon premier gala».

«Ces deux dernières années ont été parmi les meilleures expériences de ma vie. Je ne pensais jamais aller à l’École nationale de l’humour un jour. Je suis vraiment contente et fière d’y être allé. Ça m’a fait grandir en tant que personne. C’est un monde qui me donne la petite étincelle qui me pousse à me surpasser chaque jour», confesse Ltv Trahan. 

 

<< Retour à la page d'accueil