Haltérophile d’élite à l’âge de 50 ans

Agrandir l'image Capt Michael Menard se concentre avant un essai. Photo - Avec l'autorisation du Capt Menard

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Le capitaine Michael Menard, officier de simulation au Centre d’instruction de la 2e Division du Canada (CI 2 Div CA), ira en Finlande, du 12 au 19 septembre, afin de participer au Championnat du monde d’haltérophilie.

Passionné de ce sport depuis son jeune âge, le Capt Menard avait cessé de pratiquer l’haltérophilie depuis une vingtaine d’années pour s’occuper de sa famille. «Au mois d’août 2014, ma femme m’a offert de retourner à l’entraînement comme activité de couple et de voir où ça allait me mener. Cinq semaines plus tard, je prenais part à une compétition», précise le Capt Menard.

Pour l’athlète de 50 ans, cette compétition, qui se tenait à Belleville en Ontario, a été le point tournant de son retour à l’haltérophilie. Il a réussi à se qualifier pour le Championnat du monde de Finlande dans sa catégorie, master 105 kilos, 50 à 54 ans. Pour y parvenir, il devait soulever un poids de 197 kilos, ce qu’il a surpassé en réussissant une barre à 207 kilos. «Je me suis dit "wow", où je peux aller avec ça maintenant», s’exclame-t-il.

Après la compétition de Belleville, il a pris part à trois autres compétitions. Parmi ces dernières, il y avait le Championnat canadien, à Rouyn-Noranda, au mois d’avril et le Championnat panaméricain d’haltérophilie, à Savannah en Géorgie, au début de juin. Grâce à d’excellentes performances, le Capt Menard est revenu avec la médaille d’or au cou. «Tout ça était inespéré. Je redécouvre ma passion pour ce sport et je suis en train de vivre les meilleurs moments de ma carrière d’haltérophile. Je me demandais si à 50 ans le squelette allait encore suivre, et ça va très bien jusqu’à présent. Je me sens en pleine forme, fort, et je crois réussir mes meilleurs résultats au Championnat du monde. J’ai fait tout ça pour montrer que peu importe l’âge ou sa condition, il est possible et important de bouger», soutient l’homme fort.   

Le Capt Michael Menard se concentre actuellement sur son entraînement, lui qui souhaite soulever la barre jusqu’à 240 kilos pour espérer bien se positionner en Finlande.

Meilleur junior au pays

Lorsqu’il était âgé de 12 ans, Michael Menard désirait jouer au hockey. Ce sport étant trop dispendieux au goût de son père, ce dernier l’a poussé à trouver une nouvelle activité.

Cette même année, un nouveau centre sportif ouvrait dans sa ville natale, Kirkland Lake, en Ontario, et c’est à l’occasion d’une journée porte ouverte qu’il a essayé pour la première fois l’haltérophilie. Trois mois plus tard, il participait à sa première compétition.

Au fil des années, Michael Menard a progressé dans ce sport. Il a pris part au Championnat du monde junior, au Championnat canadien et à plusieurs compétitions internationales. Il en est même arrivé à être reconnu comme le meilleur haltérophile junior au pays en 1984. Ce titre lui a donné sa chance au camp d’entraînement de l’équipe canadienne en vue des Jeux olympiques de Los Angeles, mais étant donné son statut de militaire canadien, les circonstances ont fait en sorte qu’il n’a pas eu la chance d’être de l’équipe finale.

<< Retour à la page d'accueil