La Base Valcartier reconnue pour son efficacité énergétique

Agrandir l'image La facture énergétique de la Base Valcartier s’élève à plus de 10 M$ par année. Photo - Cpl Roxanne Shewchuk, Base Valcartier

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Grâce à d’importantes mesures mises en place en matière d’économie d’énergie, la Base Valcartier est officiellement devenue membre du Réseau Écolectrique d’Hydro-Québec, en plus de recevoir le Prix excellence de l’Institut des biens immobiliers du Canada (IBIC) sur l’efficacité énergétique.

La bonne nouvelle a récemment été reçue avec bonheur par l’équipe de la section d’ingénierie du Service du Génie. Les mesures implantées ont d’ailleurs permis l’obtention de plus de 430 000 $ en subvention provenant du Programme de soutien aux projets d’efficacité énergétique d’Hydro-Québec. Ce montant permet de rembourser une partie de l’investissement de 7 M$, remboursable avec les économies générées, fait par la compagnie Honeywell, qui s’est chargée de la faisabilité du projet.

En effet, depuis 2008, Honeywell, le personnel du Service du Génie et celui de Construction Défense Canada (CDC) travaillent à réduire la consommation d’électricité de la base. Le tout a débuté avec une étude portant sur un total de 111 bâtiments.

Pour devenir membre Écolectrique, les mesures devaient assurer la réduction de la consommation d’électricité d’au moins 5% sur une facture d’un minimum de 5 M$ et être effectives sur une durée de 10 ans avec une pérennité des équipements installés de 25 ans.

Comme l’explique le gérant de projet et superviseur de la section d’ingénierie du Service du Génie, Pierre Labrie, les mesures établies dans 47 bâtiments de la Base Valcartier ont généré une réduction de la consommation d’électricité de 6,8% sur une facture d’environ 10 M$. Au total, le projet permet une économie de 1,7 M$ par an.

«Nous cherchons toujours à améliorer le système en vue d’augmenter l’économie d’énergie que nous avons présentement. Notre objectif est d’atteindre le 2 M$», renchérit M. Labrie.

Des mesures efficaces

En plus de générer des économies sur le coût des services publics et d’exploitation, les mesures énergétiques, officiellement implantées depuis le 31 mars 2014, ont maintenu le confort des occupants et ont eu pour effet de réduire l’émission de gaz à effet de serre de plus de 26 000 tonnes de CO2.

Grâce à ces mesures (lire l’encadré), la Base Valcartier atteindra sa pleine efficacité énergétique en 2018-2019. D’ici là, l’équipe d’ingénierie se laisse le temps de s’habituer aux nouveaux systèmes implantés pour être certaine de maintenir les économies d’énergie lorsque la compagnie Honeywell se retirera. À ce moment, plus de 120 bâtiments bénéficieront de ce qui a été mis en place.

Attention à vos portes de garage

Bien que ça n’entre pas dans le cadre du processus d’économie d’énergie, l’équipe de M. Labrie a également installé un système d’arrêt pour le chauffage des garages. L’ingénieur a été obligé d’agir ainsi pour corriger le fait que plusieurs militaires laissent les portes de garages ouvertes sans raison. Ainsi, lorsqu’une porte reste ouverte plus de quelques minutes, le chauffage du garage s’arrête automatiquement. «Changer les habitudes des gens est un travail de longue haleine. Des fois, on est obligé de mettre en place des mesures strictes pour obtenir leur collaboration», explique Pierre Labrie.  

Projet pilote avec Hydro-Québec

En plus d’être membre du Réseau Écolectrique, la Base Valcartier participe à un projet pilote mis en place par Hydro-Québec. Grâce à cette initiative, la société d’État espère enlever de la pression sur le réseau hydroélectrique.

Ce projet, qui vise les grosses entreprises, vise à faire du délestage lors des périodes de pointe. Par exemple, lors des grands froids, la base libère de la consommation d’énergie en fonctionnant grâce à des génératrices. Par la suite, Hydro-Québec rachète les kilowatts libérés et ça évite d’acheter de l’énergie ailleurs.

Réseau Écolectrique

Créé en 2005 par la société d’État, le réseau Écolectrique souligne les résultats exemplaires d’entreprises du Québec qui contribuent au développement durable par leur utilisation de l’énergie. Ces entreprises, dont fait maintenant partie la Base Valcartier, deviennent ainsi des ambassadrices de l’efficacité énergétique.

Comment Valcartier est devenu «écolectrique»

1- Mise à niveau de l’éclairage. Remplacement de 2140 luminaires aux halogénures métalliques d’une consommation de 400W par des luminaires à inductions de 200W et 250W dans 24 bâtiments.

2- Contrôle d’éclairage. «Dans les garages, plusieurs lumières restaient ouvertes 24 heures par jour, sept jours sur sept, parce qu’elles étaient directement alimentées par des panneaux à relais», explique Pierre Labrie. Un système de contrôle d’éclairage a été installé dans 12 bâtiments régissant 1308 luminaires.

3- Abaissement de la pression de vapeur. De la vapeur à haute pression circule dans un réseau de tuyaux sous-terrains qui sert notamment à chauffer la base. On a diminué la pression la faisant passer de 150 livres-forces par pouce carré (PSI) à 100 PSI, générant une économie de 40 000$.  

4- Réduction des fuites de vapeur. Comme le réseau de vapeur à haute pression est sous terre, de la condensation se crée et l’eau s’accumule dans les conduits. Pour éliminer cette eau, la base fonctionne avec un système de purgeurs automatique. Les purgeurs défectueux occasionnent des fuites de vapeur et des pertes monétaires. On a remplacé 107 purgeurs défectueux et installé un système de surveillance informatisé sur 239 purgeurs. En cas de bris, une alarme avise le technicien d’aller changer le purgeur défectueux.

5- Mise à niveau des systèmes de contrôle des bâtiments. On a remplacé 1200 contrôleurs de climatisation et de ventilation dans 33 bâtiments. Le contrôle à distance de la climatisation et de la ventilation réduit la surconsommation.

6- Modification des systèmes de ventilation. Quatorze systèmes de ventilation ont été remplacés permettant de moduler la vitesse de leur moteur en fonction de la demande. 

7- Variateur de vitesse et moteurs haute efficacité. Installation de 53 variateurs de vitesse et remplacement de 22 autres.


<< Retour à la page d'accueil