Le Royal 22e Régiment perd son doyen

Agrandir l'image L’Adjum Charles-Henri Vallières a fait le voyage Magog – Québec malgré ses 101 ans pour la soirée du 100e anniversaire du R22eR. Photo - Cpl Nicolas Tremblay, Imagerie Valcartier

Par Simon Leblanc, journal Adsum

Le drapeau régimentaire du Royal 22e Régiment (R22eR) était en berne le 23 janvier en raison du décès du doyen du régiment, l’adjudant-maître à la retraite Charles-Henri Vallières. Le vétéran de la Deuxième Guerre mondiale et de la guerre de Corée s’est éteint six jours avant de fêter son 103e anniversaire.

Les funérailles de M. Vallières, décédé le 12 janvier, ont été célébrées le 23 janvier à Magog. Dépeint comme un homme volontaire, discipliné, généreux, discret et doté d’une soif de vivre peu commune, l’Adjum (ret.) Vallières a servi pendant 18 ans au sein des Forces armées canadiennes.

Né à Magog en 1913, Charles-Henri Vallières est l’aîné des six enfants de Charles Vallières et Alice Racine, et le dernier à décéder.

C’est en mars 1942, au sein du Régiment de Saint-Hyacinthe, que le périple militaire du jeune soldat débute. Aussitôt enrôlé, il prend part à la Seconde Guerre mondiale. Il y tient un rôle de formateur et œuvre comme soldat au maintien de la paix dans plusieurs pays d’Europe. De retour au pays, il est muté en octobre 1946 au R22eR au grade de caporal.

Au début de l’année 1952, il est promu au grade d’adjudant et muté au 1er Bataillon, R22eR. Peu de temps après, il se porte volontaire pour la Guerre de Corée. Durant ses 14 mois de déploiement à titre de sergent-major, M. Vallières voit la mort faucher ses compagnons d’armes. C’est finalement pour faire soigner une blessure à la hanche, infligée par une balle perdue ou un éclat d’obus, qu’il revient au Canada le 2 mai 1953. Presqu’un an plus tard, en avril 1954, il est promu au grade d’adjudant-maître, poste qu’il conservera jusqu’à sa libération le 7 juin 1960.

Plus récemment, le 18 octobre 2014, Charles-Henri Vallières était l’invité spécial de la soirée de clôture des célébrations du 100e anniversaire du R22eR. Le résidant de Magog avait été invité à cette soirée, plus d’un an auparavant, par le major-général (ret) Forand à l’occasion d’un hommage qui avait été rendu au vétéran pour son 100e anniversaire.

Le 18 octobre, M. Vallières était bel et bien présent au gala du 100e anniversaire du R22eR. Il avait ému le public en montant sur scène pour recevoir en cadeau un immense cadre commémoratif remis par le plus jeune soldat du Régiment de l’époque.

Questionné sur le secret de sa longévité, M. Vallières affirmait n’avoir aucune recette miracle pour l’expliquer, mis à part un demi-verre de vin le midi et un café brandy, le matin, en vacances seulement. «Je suis tout simplement heureux.»

Source : revue La Citadelle

 

 

 

<< Retour à la page d'accueil